Tracabilité de la chimiothériapie

L’administration d’un traitement en chimiothérapie est un processus long et complexe. Composé de nombreuses étapes, cette administration était auparavant suivie par tous les prestataires de soins au moyen d’une ou plusieurs feuilles de papier volantes. Avec ce support fragile, tant la traçabilité que la sécurité n’étaient pas totalement garanties (données manquantes, encodage approximatif, distance avec le patient, ...). C’est pourquoi depuis quelques mois, le service d’Oncologie et le Service informatique du GHdC travaillent en étroite collaboration afin de mettre en œuvre une solution technique à la fois fixe et mobile - et donc aussi au chevet du patient - capable de tracer étape par étape le traitement administré au patient.

Comment ?

​En suivant simplement et naturellement les faits et gestes de tous les acteurs concernés. L’événement initial, c’est l’oncologue ou l’hématologue qui, dans son cabinet, prescrit un traitement au patient. Cette prescription est envoyée numériquement au pharmacien hospitalier. Averti en temps réel de l’arrivée du patient, le pharmacien prépare dans des conditions idéales au nom de celui-ci les poches et les médicaments de support nécessaires qu’ il fait envoyer aux infirmières par le service logistique. A l’hôpital de jour, l’ infirmière reçoit les poches du patient. Ensuite, équipée d’un appareil mobile auquel elle s’est identifiée, elle contrôle l’ identité du patient et l’identité de la poche. Si celles-ci coïncident, elle administre sereinement la poche au patient. En parallèle, la date et l’heure de démarrage de diffusion de la poche sont enregistrées précisément. Grâce à ces données, le système est capable d’envoyer sur un écran central les alertes sur la stabilité des produits contenus dans la poche, la fin proche de diffusion de la poche afin de préparer la nouvelle... En cas de problème (par exemple, un produit « rejeté » par le patient), l’ infirmière peut notifier en temps réel le médecin. De la sorte, celui-ci peut suivre à distance l’administration d’un traitement et intervenir rapidement. Enfin, le gestionnaire de données peut compiler les données nécessaires à l’élaboration du dossier des patients.

Pourquoi une telle dépense d’énergie ?

​En cinq mots : pour le bénéfice du patient. Avec cette innovation technique, le Grand Hôpital de Charleroi renforce la qualité de ses soins et le bien-être apportés à ses patients. En effet, la liste des avantages apportés par ce nouvel écosystème informatique est longue mais notons deux points importants :

  • La sécurité du traitement est garantie car le risque d’adminis- tration d’une poche à un patient qui ne lui est pas destiné est supprimé. En scannant la poche et le patient à son chevet, le lien entre les deux est vérifié. Il n’y a donc plus de crainte d’ inversion.
  • La qualité et la stabilité des produits diffusés sont contrôlées en temps réel. En cas de réaction difficile du patient à une phase du traitement, l’oncologue est immédiatement prévenu. Il peut donc intervenir plus rapidement. En outre, l’historique étant enregistré, il pourra revenir sur celui-ci pour éventuellement mettre en évidences les raisons de ces difficultés (par exemple, un lot de produits d’un fournisseur peut être remonté à la source et être identifié). Tout le processus gagne en efficacité : mieux informés en temps réel, les prestataires de soins « déroulent » le traitement dans des conditions idéales pour le patient...

Et à ces avantages, ajoutons que puisque les données enregis- trées sont de meilleure qualité, les traitements peuvent plus facilement s’ inscrire dans le cadre d’études cliniques.

Tracabilité de la chimiothériapie